Notre position sur l’entrée payante des Fêtes de Bayonne 2018

Notre position sur l’entrée payante des Fêtes de Bayonne 2018

En 2018, la municipalité a choisi de mettre en place une entrée payante pour les fêtes de Bayonne. A la lumière du 1er bilan financier, l’article ci-dessous reprend notre position sur cette question

Voilà comment en juin 2018, au cours du Conseil qui avait officialisé
la mise en place de l’entrée payante pour les fêtes, nous avions expliqué notre
vote :

« Nous voterons contre cette délibération, parce que c’est
simplement  une décision que nous
n’aurions pas prise si nous avions été à votre place 
».

Après cette première
édition, notre position n’a pas changé.

Nous indiquions aussi
que « faire payer l’accès aux fêtes
de Bayonne représentait un avantage incontestable. Faire rentrer des recettes
dans le budget de la Ville et donner quelques marges de manœuvre
supplémentaires sur le plan budgétaire »
.

Depuis le bilan financier a rendu son verdict :

1340000€ de recettes issues de la vente de 167000 bracelets, pour 601000€
de dépenses
directement liées à la mise en place de ce dispositif è soit au total une marge nette de 739000€ sur la mise en place des entrées payantes.

Mais dans le même temps, par rapport à l’édition précédente, les autres recettes ont diminué de 42000€
(moins de partenariats, moins de redevances d’occupation du domaine public,
moins d’entrées aux courses de vaches…), et les dépenses ont augmenté de 227000€ (plus de dépenses de sécurité, de
logistique et d’animation…)

Donc au final le cout net des
fêtes
pour le budget de la Ville qui s’était élevé à 1543000€ en 2017, s’est élevé en 2018 à 1073000€, soit donc une diminution
de 470000€.

Avec la mise en place des entrées payantes, la Ville a donc diminué de
30%, par rapport à l’an dernier,  la
charge supportée par son budget pour l’organisation des fêtes.

Gain non négligeable 
qu’il convient cependant d’apprécier au regard du montant global de la
Ville qui s’élève à 70 Millions d’euros.

Nous indiquions aussi à
l’époque que votre décision présentait certes
un avantage
d’ordre financier 
« mais aussi plusieurs inconvénients » j’en citais quelques-uns parmi ceux
auxquels nous étions le plus sensible :

  • « Celui de dénaturer l’esprit des
    fêtes en instaurant un droit d’accès pour une manifestation populaire,
    considérée jusqu’ici comme un bien commun, librement partagé.
  • Celui d’envoyer un signal négatif à toutes
    les communes voisines et leurs habitants  
  • Celui de devoir mettre en place une
    logistique très lourde, qui n’est pas sans générer de nouveaux risques.
  • Celui de devoir renouveler chaque année un
    important effort d’information auprès du public qui prendra forcément beaucoup
    de place dans la communication autour des fêtes au détriment des autres
    messages et, je pense, en particulier, à tous ceux liés à la prévention.
  • Celui d’enraciner encore un peu plus la
    logique sécuritaire dans l’organisation de ces fêtes, logique sécuritaire dont
    nous savons qu’elle peut constituer un puits sans fond qui ne nous protégera
    jamais complètement des actes de terrorisme tels qu’ils évoluent ces derniers
    temps. « 

Autant d’éléments qui, selon nous, contrebalançaient largement l’aspect
positif lié aux finances et qui nous amenaient à ne pas partager le bien-fondé
de cette décision.

C’est toujours notre
sentiment aujourd’hui. Les inconvénients l’emportent sur les avantages !